dimanche 15 novembre 2009

Orientation professionnelle et personnelle

Longtemps j’ai répondu « Hygiéniste dentaire » aux professeurs, aux adultes, aux mononcles, aux diseuses de bonne aventure et aux désorienteurs scolaires qui me demandaient ce que je voulais devenir plus tard.

Trop bien élevée pour répondre un rhododendron, un thermomètre rectal ou un slip pour homme, j’articule lentement et fièrement ma réponse : « Hygiénisssse dentaire ». Pire, j’y crois vraiment. Mon sourire épanoui à l’idée d’un avenir à observer le mouvement dégoûtant des luettes au fond des palais, à scruter des alignements de dents pourries, croches et mal nettoyées réussirait à convaincre le dernier des incrédules. Pourtant rien ne m’y prédisposait, puisque la fée des dents m’a dotée d’un ivoire impeccable qui n’a connu comme seule torture que la pose de broches pour mettre un terme à ma bruxomanie. Impossible donc, de me reconnaître au travers de la quincaillerie d’un cabinet dentaire puisque je n’y ai jamais mis les pieds. Aucune logique qui tienne ici. Alors quoi? D’où me venait cet appel vers la vocation dentaire alors que tant d’autres choix collaient davantage à ma personnalité. Réservée, timide, gauche et mal à l’aise en représentation, l’idée de créer, d’être jugée et éventuellement rejetée, me terrorise encore aujourd’hui.  Je devais plutôt choisir de faire oeuvre utile, sauver quelqu’un, quelque chose… Mais pourquoi vouloir sauver des bouches menacées par la putréfaction?

Parmi les caractéristiques personnelles requises pour être une bonne candidate, il faut «aimer manipuler ou utiliser des objets inanimés ». Cochez oui. Voilà l’argument massue pour renforcer mon idéal d’avenir, un objet ou un corps humain inanimé c’est la même chose pour moi et en prime, j’adore manipuler. Dominer les corps immobilisés et horrifiés par le son de la fraiseuse me donne des frissons de bonheur. Je m’en confesse sans gêne, obliger les patients à répondre à mes questions débiles, malgré l’aphasie temporaire à laquelle je les soumets avec mes instruments, ajoute une plus-value à la joie de signer quotidiennement mon relevé de présence au bureau.

-Avez-vous passé un beau week-end, monsieur le patient ?

Actionner immédiatement l’éjecteur de salive pour enterrer sa réponse

-E sé as, sé as su sun fim a hai onssen..

-Pardon ? Vous disiez ? Le bruit, excusez-moi….

-E É PAS, È PAS U SUN FIM A HAI ONSSEN.

OK. Whatever…Rien compris…

-Prêt pour la piqûre dans la gencive ? On reste bien immobile….

*******

Rhododendron n.m. Arbuste des régions tempérées de l’hémisphère Nord, dont certaines espèces sont cultivées pour leurs grandes fleurs ornementales

Rectal adj. Relatif au rectum

Bruxomanie n.f Tendance à grincer des dents

*******

Nota bene : Inutile de téléphoner à l’Ordre des dentistes du Québec.