samedi 13 février 2010

Kama Sutra musculo-squelettique

Vous, les couples guillerets qui allez célébrer ce soir ou demain la fête de l’Amour en humant le parfum des fleurs coupées, en mangeant des huîtres et du chocolat ou en cherchant en vain une foutue place de stationnement coin St-Denis et Duluth , écoutez moi bien…
Lecteurs/trices, d’autres esprits bienveillants en ont causé avant moi, en 2010 plus que jamais, il est impératif de se parler des vraies affaires. N’entend-on pas depuis des lunes le discours répétitif qu’en amour ce qui importe d’abord et avant tout, c’est « la beauté de l’intérieur ». Et comment célébrer cette beauté dans l’acte, me demandez-vous? Exit le sexe tantrique qui n’en fini plus de finir, remercions la confrérie des charlatans qui planche depuis des années sur son grand projet pour l’avancement de l’Homme dans son milieu : l’orgasme intramusculaire.

Ainsi donc, après votre soirée « habillé propre » au Toqué ou au Coin grec, quels seront vos projets sinon que de vous rouler lascivement comme des dévergondés dans un lit de pétales de roses pour faire l’amour comme au premier jour? Mais, soyons honnête, la magie n’a-t-elle pas un peu perdue de son lustre au fil des ans? Qu’à cela ne tienne, explorez dorénavant vos régions sous-cutanées : la baise musculo-squelettique est votre espoir de renouveau.

Oh, je vous entend d’ici : mais que faites-vous des sentiments amoureux? Le cœur est un muscle mes amis, l’amour intramusculaire vous y emmène plus près que jamais.

Notre devise : Cheminons sous nos orifices.

Oh mon chéri quand tu glisses tes lèvres sur mon muscle corrugateur, que tu descends lentement vers mon orbiculaire pour revenir vers mon procerus, pendant que ta main caresse habilement mon sterno-cléido-mastoïdien, j’ai la mandibule et le foramen qui relâchent et se séparent de mes maxillaires.
L’attention que tu portes à mon élévateur et au transverse de ma scapula me fait gémir des intercostaux. Surtout ne t’arrête pas… Tous mes fléchisseurs et mes extenseurs sont en émoi et mes deltoïdes, triceps et biceps s’enroulent solidement autour de tes clavicules et de ta fosse supra-épineuse.
Mes vastes et mes graciles semblent se décrocher de mes tibias qui n’arrivent plus à me garder debout tant mon plaisir se rapproche de plus en plus de l’explosion d’une bombe anatomique. J’accroche mes phalanges à tes grands fessiers et à tes adducteurs pour ne pas vaciller. Je n’ai qu’une envie : m’approcher de ton inguinal, de ton crémaster et de ton cordon spermatique. Pardonne-moi, je suis trop pressée, je sais. Je recule et garde mes fissures orbitaires fixées sur ton fascia superficiel parfait, le temps de reprendre mes esprits…

J’essaye de penser à autre chose pour me refroidir un peu et me voilà à ne plus voir que ta peau, ton cou, tes yeux, tes lèvres, la chute de ton dos. Merde! On était bien parti pourtant….

*******

Tantrisme n.m. Ensemble de croyances et des rites issus des tantras et relevant de l'hindouisme, du jaïnisme et du bouddhisme tardif. (Le tantrisme se donne comme but le salut par la connaissance ésotérique des lois de la nature)

Orgasme n.m. Point culminant du plaisir sexuel

Dévergondé,e  adj. et n.  Qui s'écarte des règles morales sans honte ni remords ; débauché.

*******

Note à moi-même  :  l'envie est un péché capital

********



3 commentaires:

Carl Poulin a dit…

Ah ahh... quel plaisir! Vous êtes une bombe anatomique/littéraire ;)

normandottir a dit…

explosion de mercis

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.