vendredi 5 février 2010

Voeu

Sitôt qu’une brèche d’immobilité fendra la brise en deux, la plume suspendue à l’air de la ville glissera lentement dans la fraîcheur de l’humus…Vœu pieux….
L’atteinte d’un but est pure fantaisie, tandis qu’Éole symbolise l’absence du mythe aux commandes du gouvernail. À quoi bon théoriser sur la fatalité, la destination est inconnue, point c’est tout. Le fait est que, tout simplement, le temps s’égraine et le vent emporte une plume.
Les jeux sont faits, tout va.

Elle pourrait aussi bien s’accrocher à un fil pour y finir sa course. Le fil et la plume ensemble, fins et légers, unis, faufilés et cousus, enlacés subtilement par un tour de passe-passe aérien.
Et ça tient…

Des ponts de béton tombent, pourtant…

En des jours plus ou moins heureux, elle aurait trempée sa pointe dans l’encre, écrit des ordres du Roy, des lettres d’amour cachetées à la cire. Et demain, qui sait, gonfler ton oreiller en témoin privilégié des songes de ton sommeil, toi le juste, toi la rêveuse, toi le mourant…
Mais le vent relatif en décide autrement car la plume blanche lovée dans son giron se dirige droit au cœur de l’incendie. S’avancent les charbons terminateurs, fatale infortune de l’oiseau mazouté. La marée était en noir... Pourquoi vouloir freiner une course perdue d’avance à la raison des plus forts, ces cruelles masses victorieuses, têtues et inébranlables.

Le temps à présent liquéfié s’écoule, torrentiel, laissant peu de chance à son dernier souhait à peine effleuré : Toi le vent qui me tient encore suspendue au bout de ton souffle, si tu daignais bien m’y conduire, fais-moi me glisser entre deux amants. Amène moi surprendre l’amoureux caressant le dos de l’amoureuse de sa paume, de ses doigts et de moi, la plume inattendue, l’envoyée du hasard…

Pénétrant droit dans le brasier, elle capitule et s’abandonne. Les jeux sont faits, rien ne va plus.


*******

Humus n.m. Dans un sol, substance colloïdale noirâtre résultant de la décomposition partielle, par les micro-organismes, de déchets végétaux et animaux

Voeu n.m. 2. Promesse faite à soi-même.  Faire voeu de ne plus boire. 
Brasier n.m 1. Foyer de chaleur d'un feu de charbon, d'un incendie.  2. Fig.  Foyer de passions, d'affrontements, etc

*******

2 commentaires:

Lionelson a dit…

"La marée était en noir". Excellent. Noirement drôle.

Bob August a dit…

>des lettres d’amour cachetées à la cire.
J'aurais bien aimé connaître ça ; le coeur fébrile, me battre avec un cachet de cire pour découvrir les mots - et l'auteurs - d'une lettre d'amour...