dimanche 18 avril 2010

Visite du mal

Next thing you know
You’re eating hospital food

Abandonnée lâchement par le sommeil comme le capitaine de la frégate qui prend l’eau, le mal garde ma conscience brouillée en éveil et pousse à bout mes nerfs éprouvés ; il épuise, à la longue, toutes mes stratégies de diversion. Me fermer les yeux, boucher mes oreilles, expulser brutalement l’air de mes poumons en poussant un grand cri primal, rien n’y fait.

LA, LA, LAAAAAAAAA, LAAA, laa…la

Do, Mi, Sol, Do Do, Sol
Écouter : Musique
Essayer : Lire
Essayer : Écrire
Lire? Essayer encore…
Écrire.
Tester : Limites
Penser : Scotch
Novocaine for the soul. Before I sputter out...
Écouter : Message. Rappeler : Messager du Message.
« T’as téléphoné ? »
« Hey, t’es ben bête! On s’est fait baisé par les Capitals... »
« Bof… m’en sacre…»
« Ça va pas mieux, toi ?... »
« As-tu de la tétracaïne? »
Scotch. Y penser.
« De la quoi... ?!? J’ai un truc illégal, de la codéine, des frites, de la vodka pi des Gauloises. Alors, qu’est-ce que t’en dis??? »
« Nop !  Tu pouvais pas mieux trouver pire. Enfin, bref …je veux dire...échec.  Fatiguée…»
« J’ai un fusil de chasse aussi, si ça te dit… »

Beautiful freak, beautiful freak !!

Non, rien n’y fait. Moins je dors, plus je m’énerve. Plus je m’énerve, plus je pense aux vertus médicinales insoupçonnées du scotch en pleine nuit. Plus j’en bois, moins je m’énerve. Moins je m’énerve, mieux c’est, en fin de compte…

When I came into this world they slapped me
And everyday since then I’m slapped again

Son travail, le mal le fait bien. Il s’introduit par effraction en passant par une banale égratignure. Il prend son temps mais agit avec minutie et aura tôt fait d’installer son terrifiant labo envahisseur. Insidieusement il prend le contrôle, insémine une cellule chargée de tirer sur la goupille de la bombe à fragmentation. Boum! Approchez-vous du microscope et regardez bien tomber l’immunité.  Un vulgaire château de cartes.

Dans la catégorie « humour, théâtre d’été, vaudeville » la production gagnante est, - Oh WOOOOW, chu tellement contente pour elle!- ... La comédie immune !!!!
« Je voudrais remercier GOD, mon agent et mes parents qui m’ont créée avec autant de pièces détachées défectueuses… Mon trophée s’il vous plaît ! Qu’il soit en forme de coupe que je puisse y boire l’alcool qu’il ne faut pas consommer avec ces médicaments…. »

La chute des dominos déclenche l’hécatombe sur un périmètre assez étendu pour que le corps d’accueil en ressente bientôt l’électrochoc, d’un océan à l’autre. Le méchant mal colonisateur est avide, très fort et follement imbu de sa Vérité. Invasif, il s’incruste comme une fucking moule zébrée.

Sometimes it fells like i’m made of eggshells
And it feels like I’m gonna crack

Dès qu’elle se met en branle, la gestation du mal est courte et IL accouche vite de quintuplés ultra-orthodoxes qui s’entasseront à plusieurs dans le même pieu. Aimez-vous les uns les autres, chevauchez-vous, reproduisez-vous. Logés, nourris, on ne manque de rien ici, viergemarie ….40 jours pour la vie.

Dieu n’a pas assez quitté l’Amérique…

This could be your lucky day in hell
You never know who it might be at your doorbell
In hell

********

Comme sur une pochette de disque:
Merci gigantesque à Mark Oliver Everett. Merci au Speyside Single Malt ainsi qu’au Château Roc de Levraut, pour leur contribution à l’apaisement (et aux autres bienfaiteurs : alléluia, que la lumière vous inonde)

********

4 commentaires:

James Bande a dit…

C'est toi qui a pondu ça, chère patate? :D

Anonyme a dit…

J'arrive pas à mettre de com pour le billet d'en dessous, mais cé juste pour dire que je le trouve excellent. :D *happy man*

Patate a dit…

@ James : Non, c'est mon grand-père, cher Navet :)

James Bande a dit…

Non comprendo, mon petit Legumino. :D