dimanche 6 mars 2011

arracher la beauté

au nom du père 
au nom du fils 
au nom du prêtre, complice 
que ton nom soit sacrifié
que ton règne achève
que sa seule volonté soit faite 
soumets-toi à sa tentation

condamnée à la servilité
soumise devant ce braqueur de crucifix
la tête couronnée d'épines
et des clous dans les paumes
tu exécutes...
tu rêves à sa mort lente...
le noyer dans la rivière
l'assommer d'un coup de calice
l'étrangler de tes mains de bonniche
puis livrer sa tête aux vipères...
mais la queue bien dilatée
du grand bienfaiteur catholique
est auréolée d'impunité 
au lupanar évangélique

et ton coeur rétréci encore une fois
alors qu’il crache au fond de ta gorge

tu retournes brasser la soupe
et torcher ses morveux

Grillagée de noir comme une afghane, on te réformera dans la pénitence et l'apprentissage de travaux manuels. C'est bien ta faute tout ça... Il faut que tu changes... Nous te montrerons la bonne voie... Nous allons t'assouplir... Le programme consiste à ériger ton échafaud en secret, à temps pour l'escale de noël. Tu reviens à la maison crier à l'aide et vomir un thrombus de sperme ensanglanté alors que les familles chantent alléluia autour de la table du réveillon et que les enfants de choeur se font enculer dans la sacristie

Bordel de merde, quelle ironie tante So, quelle ironie !

Ton paysage s’arrêtera là
au bout d'un lit austère
à l'orée des nuits
puisque rien n'a été dit
et que tout a été compris
Replie tes ailes trop chétives
qui veulent soulever un récif
tes vingt ans captifs 
ont été livrés à l'invisible
l'embâcle appartient au courant
lorsqu'il part à la dérive

Dans une bulle isolée d'eau douce 
au coeur de l'absurde inconfort du monde
tu erres doucement
libre tranquille

je porte ton nom 


----------

1 commentaire:

Fiston a dit…

Tabarouète! T'es inspirée en joualvert là! :D