samedi 18 juin 2011

En d'autres mots - Danny Plourde

"..Morneau n'espérait toutefois pas communiquer avec les "anglos" en français. Le français leur était trop inutile, trop compliqué, détestable, internationalement handicapé.  Plus particulièrement encore chez les jeunes, une colonie d'environ vingt-cinq mille étudiants de McGill et de Concordia, qui vivaient, réfléchissaient et commerçaient uniquement en anglais à Montréal.  Leurs campements, traditionnellement situés à l'ouest de l'île, débordaient désormais, et la population anglophone augmentait sans cesse, soutenue par une immigration constante de gens qui trouvaient le français "too difficult".
     Morneau était convaincu que les francophones avaient toujours fermé docilement leur gueule et laissé toute la place aux autres.  C'était d'ailleurs ce qui les rendait si mignons et spirituels.  Leur mutisme était comme une tradition, une valeur sûre.  Un trait spécifique à leur souche déracinée. On avait si peur de ce que les autres pouvaient penser.  La peur: cette culpabilité avant l'action, comme l'échec et mat qu'on entrevoit avant même d'avoir avancé son premier pion."

PLOURDE, Danny  Joseph Morneau La pinte est en spécial


********

Aucun commentaire: